NUMEROS SPECIAUX CONSACRE A LA SANTE

Maghreb Review Vol 34 No 1 2009

Vol 34 No 1 2009
£40
Port gratuite

Lisez nos conditions de vente si'l vous plaît.

Maghreb Review Vol 35 No 4 2010

Vol 35 No 4 2010
£35
Port gratuite

Lisez nos conditions de vente si'l vous plaît.

 
 

VOL. 34. 1, 2009

NUMERO SPECIAL CONSACRE A LA SANTE ET A LA MEDECINE AU MAGHREB, AU MOYEN-ORIEN ET EN AFRIQUE

L’humanité a toujours été l’objet d’études basées sur les différents aspects des multiples disciplines scientifiques. Notre préoccupation dans ce numéro spécial est d’attirer l’attention des lecteurs et du public en général sur les problèmes rencontrés par les autorités médicales et les solutions qui y ont été apportées au Maghreb, au Moyen Orient et en Afrique et de pouvoir ainsi fournir des informations mises à jour dans le domaine des recherches et des soins médicaux de l’avenir. Les Gouvernements, eux, devraient autant que possible faciliter la cooperation des communautés locales et pas seulement celle des compagnés d’assurance qui ne traitent les maladies que comme des clients potentiels.


JAMES R COCHRANE: the potential of religious entities for strengthening public health systems in crisis

ABSTRACT: Formal health systems differ in their performance and reach across Africa and the Maghreb, and while some of them are relatively stable, many others face serious crises, even collapse. Diseases, such HIV and AIDS, TB and malaria, put huge stress on health systems, but mental health, violence and abuse, injury and trauma are also major public health problems. In the face of the needs, and because of the scope and scale of the issues, the health of the public cannot be the concern only of those charged with running national health systems and their international support structures, however important they might be. On the ground, in practice, in Africa as much as anywhere, many others undertake initiatives that are crucial to the health of the public. Among them are a great many religious or faith-based entities that provide for health promotion, care, support and treatment. Sometimes they work in collaboration with or are an integral part of national health ministries, but in many parts of Africa much of their work is invisible, ignored or actively resisted.
    The argument of this paper, based on research done by the international, transdisciplinary and collaborative African Religious Health Assets Programme (ARHAP), is that those planning for the formal delivery and maintenance of health for their populations, whether at local, national or regional level, must do all that is feasible to make visible the work in health of religious entities of one kind or another, support them both materially and in terms of human resources wherever possible, and otherwise find mutually productive ways of aligning their assets with those of the public health system.
    Surely, much works against such an alignment: Mistrust by people on the ground of national leaders or their policies and priorities, or by public health professionals of unscientific ideas and practices among religious leaders, for example. Mistrust is further complicated by differing, even competing views of what constitutes health and well-being, which may undermine particular interventions or even cause recipient populations to reject them. Competition for scarce resources and personnel provides another field of contention and conflict, even between facilities that are formally integrated into a national health system such as church hospitals and government hospitals. One way of dealing with such mistrust on the part of health planners is to pay attention to the assets that religious entities bring to the health of the public, through an appreciative understanding of what these assets are and how they may be built upon, recognizing that such assets are both tangible (material, organizational, operational, institutional) and intangible (access, local credibility, compassionate agendas, spiritual resources, and so on). The paper outlines some of the dimensions of what it means to pay attention to religious assets for public health, including the rationale of an asset based approach, a focus on vitality rather than pathology, the importance of local ways of understanding health and well-being, the role of boundary leaders, and the strengths of people who congregate.

 

PAYMAN SALAMATI, MOJGAN KARBAKHSH, SAEED SADEGHIAN, MANSOUREH TOGHA, REZA ROTAMI, MANELIE SADEGHI: health status in Iran

ABSTRACT: The Islamic Republic of Iran is a middle income country. The UNDP data showed the human development index in Iran was 0.777 in 2006 and Iran is located as 84th country in the world.
    Based on EMR and WHO data, main health indicators were as follow in Iran in 2004-2005: under five mortality rate was 36 per 1000 live births, total fertility rate was 2.1 per cent, adult literacy rate was 81.3 per cent, life expectancy at birth was 71 years and DPT vaccination per centage was 95 per cent.
    In this article, the authors searched valid international and national sources of evidence-based medicine using related keywords. We reviewed present health status of Iran and thereafter we discussed about above mentioned diseases in the country.

 

ABUL FADL MOHSIN EBRAHIM: severe spinal injury: a case study

ABSTRACT: This article addresses a scenario involving a certain Mr T.K., a 26 year-old man who was involved in a motor vehicle accident and sustained a severe injury to the spinal cord at the C3 level (3rd cervical vertebral level). Unable to breathe, to move his hands or legs and to speak because of the tube in his mouth, he was nevertheless able to understand events around him. He was admitted into the Intensive Care Unit (ICU) for ventilation. A decision had to be made as to how long to ventilate Mr T.K., since his long-term prognosis was of course very poor and in view of the fact that it would also be very expensive to ventilate such patients on a prolonged basis. The article attempts to provide guidelines in the light of Fiqh al-Tibb al-Islami (i.e. medical jurisprudence on this specific case which pertains directly to end-of-life ethical dilemmas.

 

CHRISTINA HELLMICH: A case of ‘unmet need’? Barriers to women’s use of modern contraceptives in the republic of Yemen

ABSTRACT: This paper identifies barriers to adoption and continued use of modern family planning methods in the Republic of Yemen. The evaluation of key findings from group discussions and in-depth interviews with Yemeni women is done in combination with an analysis of the statistical data from the Demographic and Health Survey of 1997, illustrating the complex interplay of barriers related to the strength of the motivation to avoid pregnancy; knowledge of methods of contraception; misinformation and perceived side-effects; culture, religion and women’s status; and quality of care and provider bias. The paper concludes with an assessment of the research findings with regard to their implications for policy formulation and programme development.

 

KARIMA ELFAKIRI, SAFWANE MOUWAFAQ, MOHAMMED AMINE, MOHAMED CHERKAOUI, ABDELLATIF BAALI, ABDELMOUNAIM ABOUSSAD: perception des soins de sante primaire chez les parents d’enfants consultant au niveau des centres de sante de Marrakech

RESUME: Les soins de santé primaires constituent le pilier de l’offre des soins d’un système de santé. Leur évaluation par les bénéficiaires permet d’approcher la perception du système de soins, d’en estimer la qualité afin de proposer des recommandations en vue d’améliorer les services des soins de santé primaires.
Matériel et méthodes: Nous avons mené une étude transversale à visée descriptive dont la population cible était les parents consultant pour problèmes de santé de leurs enfants dans les centres de santés de la région de Marrakech. L’échantillon était de 200 personnes. Le questionnaire évaluait les caractères socio-démographiques, le recours aux soins de santé de base au cours des 12 derniers mois avant l’enquête de Juillet 2008, le coût, le financement et la perception du système de soin. Les données ont été saisies et analysées à l’aide du logiciel SPSS 10.
Résultats: notre étude a montré que 148 (74%) parents ont répondu être satisfaits ou très satisfaits des soins de santé primaires, 91 (45,5%) ont jugé la structure de soin adaptée; 133 (66,5%) ont jugé le médecin suffisamment comptétant pour leur prise en charge; 188 (94%) parents ont basé le choix de la strucure de soin sur la proximité; 158 (79%) parents ont déclaré vouloir retourner au centre de santé et 147 (87%) le coneillerait à un proche ou à un ami.
Conclusion: L’étude a relevé une satisfaction globale de la prise en charge des enfants dans les centres de santé qui restent souvent le seul recours d’une grande partie de la population appartenant à une classe sociale défavorisée. Les éléments apportés par notre étude suggèrent que l’identification et l’attachement de la population aux centres de santé est indéniable ce qui offre une assise solide pour redynamiser nos services de soins de santé primaire.

 

YASSINE AL MABROUKI & ABDELMOUNAIM ABOUSSAD: L’enfance maltraitee au Maroc etat des lieux et perspectives

RESUME: Dans un monde où la mondialisation conforte les riches dans leur richesse et continue à enfoncer les pays sous-développés dans leur indigence, les décalages du niveau de vie, les inégalités sociales s’accentuent, la prostitution et la délinquance se développent. Autant dire que la najeure partie du monde est vouée à l’exclusion et à la marginalisation, contribuant ainsi à l’émergence d’une enfance en situation difficile. Ce sont les enfants, être faibles de nature, qui paient le lourd fardeau des instabilités politiques et économiques du monde adulte.
    Au Maroc, il existe réelle prise de conscience collective de ce fléau mondial. En effet, la situation de l’enfant et la nécessité de le protéger ont été depuis quelques années classées parmi les préoccupations des pouvoirs publics et des organismes non gouvernementaux.
    Cette mise au point propose un diagnostic général de la situation des enfants vulnérables, un aperçu des avancées du dossier de la stratégie nationale de prise en charge des enfants maltraités et une discussion des difficultés et le défi humanitaire soulevé par ce dossier à l’échelle nationale.

 

NORMAN SOLOMON: Judaism and public health

ABSTRACT: In this paper I shall review Jewish traditions with regard to matters that now feature on public health agendas. Israelite and Jewish history between them cover some 3,500 years, during which perspectives on the world have changed greatly. Public health issues were always there, but very often the language in which they were expressed was the language of purity or holiness rather than that of health and safety. This is certainly true of the four topics I shall discuss, instances of which are dealt with explicitly in the most ancient source of Judaism, the Five Books of the Torah;* the four are contagious diseases, sexual hygiene, sewage and diet.

* ‘Torah’ here means the first five books of the Hebrew scripture, viz. Genesis, Exodus, Leviticus, Numbers and Deuteronomy. These are the highest authority in Judaism, understood as the word of God.

 

GRÉGOIRE MERCIER: La prise en charge des cancers de l’enfant au Sénégal et au Maroc

RÉSUMÉ: Les cancers de l’enfant constituent un groupe hétérogène de maladies graves dont le pronostic s’est spectaculairement amélioré dans les pays industrialisés. Huit fois sur dix, ils touchent un enfant habitant un pays à ressources limitées où ils sont assortis d’un pronostic défavorable. Il est important de militer pour une meilleure prise en charge de ces patients, pour des raisons à la fois épidémiologiques, éthiques et humanitaires. Nous rapportons ici un travail bibliographique et de terrain dont l’objectif était d’analyser la prise en charge des cancers de l’enfant au sénégal et au Maroc afin de proposer des pistes d’amélioration adaptées à la situation unique de chaque pays. Ce travail montre que, malgré de fortes contraintes de ressources, une analyse fine et systématique de la situation permet toujours de proposer des leviers d’amélioration pragmatiques.

 

HENRY A. AZAR: Albucasis: A transcriber or the great arab surgeon?

ABSTRACT: Albucasis (also Abulcasis, Abū al Qasim Khala ibn ‘Abbās al Zahrāwī (c. 326H/936- 404H/1013) is the author of Kitāb al-Tașrīf, an encyclopaedic work of 30 medical treatises, the last being his text on Surgery and Instruments. Albucasis’s background and education, and an overview of on Surgery and Instruments are discussed in a separate unpublished paper.
    In this article I will address the issue whether or not Albucasis was merely a transcriber of Book VI of Paul of Aegina (Paulus Aegineta) (fl. Alexandria AD 640), the author of an extant seven book medical encyclopaedia, Epitom medicae libri setem. Paul is said to have practised medicine at Alexandria, where he remained after the Arab conquest of Egypt.

 


VOL. 35. 4, 2010

NUMERO SPECIAL CONSACRE
A LA SANTE ET A LA MEDECINE AU MAGHREB, AU MOYEN-ORIEN ET EN AFRIQUE


HIND ELMJATI, MOHAMED LHARMIS, JAMILA EL HOUDZI, ABDELMOUNAIM ABOUSSAD: “Les Piqûres et Envenimations Scorpioniques Chez l’enfant : Étude Épidémiologique dans le Sud du Maroc”

RÉSUMÉ: Le Maroc comme d’autres pays d’Afrique du Nord, du Proche Orient et d’Amérique du Sud constitue une des régions les plus touchées par l’envenimation scorpionique. Nous rapportons les résultats d’une étude rétrospective effectuée au service de pédiatrie du centre hospitalier régional Hassan II d’Agadir. Durant la période de Janvier 2006 à Décembre 2007, 132 cas de morsures scorpioniques ont été colligés, soit une fréquence de 2,66% de l’ensemble des hospitalisations au sein de ce service. La tranche d’âge la plus touchée est celle de moins de 5 ans. Le sexe masculin est plus exposé avec un sexe ratio de 1,58. L’origine rurale est dominante (64,39%). Le membre inférieur était l’endroit de prédilection des morsures (52,27%). La majorité des piqûres 46,21% se sont produites durant la première moitié de la nuit, elle coïncide avec la période chaude, surtout les mois de Juillet et d’Août. Le scorpion noir a été impliqué dans 43,18% des cas.
    La plupart des patients 42,4% ont été admis 2 heures après la piqûre. La douleur est objectivée dans 96,21% des cas, 60 associés à une rougeur locale dans 47,72% des cas. Dans notre étude, nous avons adopté la classification d’Abroug, class I, (62,87%) class II (26,51%) et class III (10,60%).
    La symptomatologie générale est dominée par les signes digestifs (41,66%), neurologiques (34,83%), végétatifs (33,32%) et cardiovasculaires (11,35%). Aucun de nos patients n’a reçu le SAS. Le traitement était surtout palliatif selon le tableau clinique que présentait le malade. On déplore 6,8% de décès et une bonne évolution pour 93,2% des malades.
    Ces données mettent au clair l’ampleur et la gravité du péril scorpionique sous nos climats, et incite toutes les potentialités nationales et internationales à se donner la main pour combler les insuffisances, et éventuellement engager une réflexion sur les voies et les moyens à mettre en œuvre de nature à cesser l’hécatombe.

 

M. HAMDI CHÉRIF, C. NEJJARI, M. BEN ABDALLAH, W. BEN AYOUB, H. SANCHO-GARNIER: “Epidémiologie Descriptive des Cancers au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie)”

RÉSUMÉ: L’Algérie, le Maroc et la Tunisie sont 3 pays du Maghreb en transition démographique sociale et sanitaire. Cette dernière transition entraîne une double charge pour la santé du fait de la persistance de certaines maladies infectieuses et de l’apparition de pathologies chroniques (maladies cardio-vasculaires, maladies dégénératives et cancers).
    Afin de mettre en exergue l’ampleur du problème de santé causé par les cancers nous rapportons ici les données des registres de population de ces 3 pays disponibles entre 2000 et 2005.
    On constate que, même si les chiffres divergent (de 88 à 148/100000 chez l’homme et de 80 à 100/100000 chez les femmes, en taux standardisés monde), partout l’incidence des cancers augmentent dans des proportions importantes qui font de ces pathologies des priorités de santé publique.
    Chez l’homme les cancers les plus fréquemment retrouvés sont les cancers du, poumon, de la vessie, de la prostate et du colon-rectum. Chez les femmes ce sont les cancers du sein qui dominent suivis des cancers du col utérin, et des cancers colo-rectaux.
    Le développement et l'amélioration de registres de population pour la surveillance, la planification et la recherche dans la stratégie de lutte contre les cancers restent une priorité. La mise en place de registres de mortalité, contenant des données exhaustives et contrôlées à l’échelle nationale serait aussi d'une grande utilité pour conforter les politiques de santé prioritaire pour la lutte contre les cancers au Maghreb.

 

ANKE BOSSALLER: “‘Sleeping Pregnancy’ in the Maghreb”

ABSTRACT: The term ‘sleeping pregnancy’ describes a belief which is widespread in the Maghreb, where it is called bu raqid in Arabic and l’enfant endormi in French. According to this belief, exceptionally long periods of pregnancy are possible. They occur because the foetus becomes dormant in its mother’s womb and remains so for an indefinite period of time. Should it ‘awake’, it resumes its growth and is eventually born as a normal child. In this article I analyse briefly the factors which seem to have led to the emergence of this belief and to its endorsement by the Islamic religious law, the shari‘a, I also try to explain how it helped women to cope with problems of reproduction with reference to the countries of the Maghreb.

 

NADIA ELIDRISSI SLITINE, FATIMA ELMOTIA, FATIHA BENNAOUI, SABIR BOUHOUCH, MOHAMMED CHERKAOUI, HAKIMA AMOR, ABDELLATIF BAALI, PATRICE VIMARD ET ABDELMOUNAIM ABOUSSAD: “Nutrition Chez les Enfants Scolarises en Milieu Rural du Haouz Marrakech”

RÉSUMÉ: La malnutrition constitue l’un des problèmes majeurs de la Santé Publique au Maroc, à l'instar d'autres pays en voie de développement. L’objectif de la présente étude est d’évaluer l’état nutritionnel des enfants d’âge scolaire et de rechercher les facteurs déterminants pouvant expliquer les perturbations nutritionnelles. Il s’agit d’une étude qui a été menée auprès de 281 enfants d’âge compris entre 9 et 15 ans. L’enquête a été réalisée entre février et avril 2008 dans la région rurale d’Al Haouz. Elle s’est basée sur un questionnaire portant sur des informations démographiques, socioculturelles et d’activité physique. L’alimentation a été évaluée globalement et spécifiquement grâce à l’indice de KIDMED et à l’enquête alimentaire type rappel des 24 heures. L’état nutritionnel a été évalué à travers le calcul de l’indice de la masse corporelle. Les résultats ont montré la coexistence de deux formes de malnutrition, 11% des enfants présentaient une insuffisance pondérale et 6% une obésité infantile. Les apports journaliers moyens en énergie, en calcium, en fer et en vitamines (D, E, C,) étaient insuffisants par rapport aux apports journaliers recommandés. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces perturbations nutritionnelles. D’une part, l’insuffisance pondérale était plus importante chez les enfants vivant dans les familles nombreuses, avec 12.8%, et chez les enfants dont les pères étaient analphabètes, avec 12.2%. D’autre part, l’obésité touchait plus souvent les enfants qui ne pratiquaient pas d’activité sportive avec 9.7%, ceux qui passaient plus de 2 heures par jour devant la télévision avec 37.5% et ceux qui prenaient une collation matinale avec 13.4%. En plus de ces facteurs, il y a aussi le système sanitaire et la production agricole qui affectent étroitement l’état nutritionnel des enfants. Il est donc indispensable d’instaurer une politique de prévention active, des investigations plus poussées pour la promotion de l’état nutritionnel de l’enfant, ce qui ne saurait se faire sans une implication effective multidisciplinaire des différents secteurs sociaux, médicaux, économiques, pédagogiques et agricoles.


 
 

The Maghreb Review est diffusée uniquement par abonnement
mais des numéros individuels peuvent être achetés à l'unité